BIENVENUE À L'ONU | VOUS ÊTES CHEZ VOUS
| English | Français

Système
des Nations unies
au Sénégal

Visite officielle de la directrice générale de l’UNESCO au Sénégal

Dakar, le 8 août 2016 - La directrice générale de l’Unesco, Mme Irina Bokova, a profité de son séjour à Dakar pour rappeler à tous la relation privilégiée qui unit l’UNESCO au pays de la Teranga en insistant sur l’importance de l’éducation à la paix et de la qualité de l’éducation au service des populations défavorisées, notamment des jeunes filles et des femmes.

Au cours de sa visite officielle, elle a rencontré des représentants des Nations Unies et des institutions multilatérales et bilatérales ainsi que le Président de la République du Sénégal. Pendant les échanges avec ce dernier elle l’a félicité pour son rôle clé dans la médiation des conflits dans la région et pour le Prix de l’Alphabétisation 2016 attribué au Sénégal, tout en réaffirmant la disposition de l’UNESCO de continuer à accompagner la politique nationale en faveur de la qualité de l’éducation et la formation des ressources humaines, facteurs clés du développement au Sénégal.

L’après-midi, lors de sa visite du Centre d’Excellence Al Azhar à Mbao, dans la banlieue de Dakar, qui offre aux étudiants sortant des écoles arabo-islamiques des opportunités d’éducation et de formation professionnelle plus poussées, elle a félicité Serigne Mame Mor Mbacké et autres responsables du centre pour le combat vers des sociétés plus justes, équitables et pacifiques. Tout en rappelant que l’UNESCO est née sur la fondation selon laquelle « les guerres prenant naissance dans l’esprit des hommes, c’est dans l’esprit des hommes que doivent être élevées les défenses de la paix », elle s’est réjoui des efforts fructueux du centre visant à nourrir la paix et la citoyenneté mondiale dans l’esprit des jeunes tout en aidant leur insertion socio-économique effective. »

Plus tard, pendant sa rencontre avec les jeunes filles et les femmes handicapées des classes d’alphabétisation de Derklé, qui leur fournissent des compétences de base en vue de soutenir leur autonomisation, elle a insisté sur le fait que « L’autonomisation des femmes et des filles est la clé de sociétés plus justes et plus pacifiques. C’est une question de droit humain. C’est un investissement d’avenir. Une société n’est forte, et résiliente, et dynamique, que si elle est capable d’intégrer tout le monde, toutes ses composantes. C’est tous ensemble que nous avançons, ou pas du tout ». Ce projet mené par l’UNESCO en partenariat avec le Collectif National pour l’Education Alternative et Populaire et la commission féminine de l’Association des Handicapés Moteurs du Sénégal incarne cette vision.

Enfin, pendant la conférence de presse au centre de Derklé, la Directrice Générale a expliqué pourquoi l’UNESCO a fait de l’Afrique sa priorité globale : « parce que tous les enjeux planétaires passent par l’Afrique : réchauffement climatique… pauvreté… développement de la jeunesse… et c’est d’abord en Afrique que nous montrerons notre capacité à travailler ensemble. » Les défis restent nombreux à relever. « Les deux axes prioritaires, parmi d’autres, sont à mes yeux une éducation de qualité pour tous, notamment pour les filles, et la préservation de la paix en passant par la prévention de l’extrémisme et de la violence ».

Cette visite entrait dans le cadre du renforcement de la coopération pour la paix et le développement durable entre l’Unesco et le Sénégal. Elle se rendra successivement au Tchad, au Niger et au Nigeria, pour évoquer les programmes de l’UNESCO dans la région, en particulier dans les domaines de l’éducation et de la prévention de l’extrémisme violent.

Source : Unesco

Facebook ONU

Chaîne video ONU
INSTAGRAM
FLICKR