BIENVENUE À L'ONU | VOUS ÊTES CHEZ VOUS
| English | Français

Système
des Nations unies
au Sénégal

Sénégal : quand la technologie aide à améliorer l’accès à la santé pour sortir de la pauvreté

Certains pays africains sont dans le peloton de tête dans l’usage de monnaie électronique à travers le monde. Plusieurs d’entre eux, constatent qu’en réduisant le recours aux billets de banque et aux pièces, ils gagnent en efficacité, en sécurité et en transparence, tout en aidant de nombreuses personnes à sortir de la pauvreté.

Écrit par Priya Gajraj,
Coordonnateur Résident des Nations Unies au Sénégal.

Avec l’appui de l’équipe de l’ONU, le gouvernement trouve des moyens novateurs de ne laisser personne de côté.

Au Sénégal, où je suis coordonnateur résident, l’équipe des Nations Unies joue un rôle important en collaborant avec le gouvernement dans sa transformation numérique. Il s’agit d’un élément clé du programme national visant à stimuler la croissance et à conduire à un développement durable, qui ne laisse personne à la traîne. L’un des éléments de cette transformation numérique est la "numérisation des paiements", c’est-à-dire les paiements effectués entièrement en ligne et via des appareils électroniques, y compris les téléphones portables. C’est tout à fait logique si l’on considère que sur les 16,5 millions de Sénégalais, moins de 19 pour cent possèdent un compte bancaire, alors que dans le même temps, le pays compte 16,7 millions d’abonnements en téléphonie mobile.
Dans cette perspective,le gouvernement sénégalais a lancé en 2018 un programme de numérisation des paiements pour promouvoir l’inclusion financière et sociale par la technologie. En collaboration avec le Système des Nations Unies au Sénégal, le gouvernement s’est joint à la Better Than Cash Alliance (un partenariat de gouvernements, d’entreprises et d’organisations internationales pour stimuler la croissance grâce aux paiements numériques), avec l’appui du programme Mobile Money for the Poor, un programme du Fonds d’équipement des Nations Unies, pour atteindre ses objectifs. Le Système des Nations Unies a contribué à la réalisation d’une étude selon laquelle la numérisation de 50 % des paiements nationaux aiderait le Sénégal à ajouter plus de 104 milliards de francs CFA (177 millions de dollars) par an à son produit intérieur brut (PIB). Nous avons également contribué à démontrer que la numérisation des paiements pouvait apporter des gains d’efficacité. Par exemple, le gouvernement pourrait économiser environ 75 % des coûts de fonctionnement, en utilisant un système de paiement numérique plutôt qu’un processus manuel, lorsqu’il inscrit les gens à son régime universel de soins de santé.

Les paiements numériques pour une couverture maladie universelle

Par ailleurs, la transformation du paiement numérique au Sénégal s’est étendue au secteur de la santé. Le gouvernement a lancé un système de paiement numérique innovant pour son agence d’assurance maladie universelle, qui a été créée suite à l’introduction de la couverture maladie universelle en 2013. L’initiative a été identifiée comme l’un des principaux moteurs de la réforme sociale et de la croissance, avec un potentiel important pour accélérer les progrès vers la réalisation des objectifs de développement durable. En effet, lors de la création de l’Agence universelle d’assurance maladie, le nombre de personnes couvertes par l’assurance maladie est passé de moins de 10 % en 2013 à 49 % en 2018, soit sept millions de nouveaux membres contribuant ainsi au développement socio-économique du pays.

Le Sénégal vise à atteindre un taux de couverture d’assurance maladie de 75 % de sa population, ce qui représente trois millions de membres supplémentaires affiliés à l’Agence universelle d’assurance maladie. Le système de numérisation des paiements aide le gouvernement à atteindre son objectif de couverture universelle des soins de santé. Grâce au système de paiement électronique en place, les membres de la collectivité pourraient payer leurs propres régimes de soins de santé ou ceux de quelqu’un d’autre par voie numérique et à distance. Cette approche, offre par exemple, la possibilité à beaucoup de Sénégalais de payer les frais de soins de santé de leurs proches. De même, par le biais d’un système numérique de cofinancement, des organisations caritatives ou des particuliers établis au Sénégal ou à l’étranger, pourraient également contribuer à des subventions pour des procédures médicales coûteuses, au bénéfice des moins fortunés, y compris pour des césariennes, des chimiothérapies, des dialyses, etc.

Cette stratégie a un impact tangible et positif dans la vie des gens, car au Sénégal et dans d’autres parties du monde, une maladie peut plonger des familles entières dans la pauvreté. Il faut donc un "coussin" pour éviter que les gens ne sombrent dans la pauvreté, comme un compte d’épargne, un régime public de protection sociale ou, en l’occurrence, une subvention cofinancée et accessible via un système de paiement électronique. Dans le même temps, la plate-forme de paiement électronique a également contribué à rationaliser les envois de fonds des Sénégalais vivant à l’étranger (la diaspora) à leurs proches restés au Sénégal, pour couvrir les frais de soins de santé. Cette contribution est non négligeable, car le Ministère de l’économie estime que ces envois de fonds s’élevaient à plus de 85 millions de dollars des États-Unis en 2017.

Outre les avantages sociaux, la nouvelle plate-forme de paiements numériques devrait avoir un impact positif sur l’économie dans son ensemble. Grâce aux gains d’efficacité résultant du passage d’un processus manuel à un processus d’inscription électronique pour la couverture des soins de santé, le système devrait permettre au gouvernement d’économiser plus de 6 milliards de francs CFA (10 millions de dollars) par an. La plate-forme de paiement électronique contribuera également à accroître l’efficacité, la transparence et la responsabilité à de nombreux niveaux et contribuera, par exemple, à lutter contre la corruption. En d’autres termes, l’introduction de la nouvelle plate-forme a aidé le gouvernement à " ne laisser personne de côté " dans de multiples secteurs.

La plate-forme est loin d’avoir atteint son plein potentiel et nous pensons qu’elle contribuera encore à la réalisation des objectifs du développement durable et des promesses d’Action 2030. Pour sa part, l’Organisation des Nations Unies au Sénégalreste plus que jamais déterminée à aider le gouvernement à poursuivre le développement de sa transformation numérique, à étendre la couverture médicale universelle et à rechercher des synergies supplémentaires pour faire progresser l’Agenda 2030 pour le développement durable.

Ce blog a été publié à l’origine dans le Blog Action 2030 sur unsdg.un.org

Facebook ONU

Chaîne video ONU
INSTAGRAM
FLICKR