BIENVENUE À L'ONU | VOUS ÊTES CHEZ VOUS
| English | Français

Système
des Nations unies
au Sénégal

Sénégal : L’initiative « Le panier de la ménagère » lancée pour répondre au COVID-19

24 avril 2020, Dakar – Le Ministère de l’Agriculture et de l’Équipement rural (MAER), avec l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), l'Entité des Nations Unies pour l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes (ONU Femmes) et le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA), a lancé officiellement l’initiative « Le panier de la ménagère » pour répondre à la crise du COVID-19 au Sénégal.

Depuis l’apparition du 1er cas positif de COVID-19 au Sénégal, le 2 mars 2020, l’État n’a cessé de multiplier les mesures visant à freiner la propagation de ce virus sur le territoire. Le Président de la République, Macky Sall, a décrété un ensemble de mesures fortes parmi lesquelles, l’État d’urgence, l’interdiction des rassemblements de foules entrainant le mauvais fonctionnement des marchés ruraux, le couvre-feu et l’État d’urgence limitant les échanges entre les régions, entre autres.

Ces mesures ont de conséquences négatives réelles sur les capacités de production des petits producteurs et de commercialisation de leurs produits. Près d’1 million de poulets et plus de 5200 tonnes de produits maraichers sont en souffrance du fait des difficultés d’accès aux marchés, plus de 1200 femmes ne parviennent plus à vendre leur production laitière. Par ailleurs, l’arrêt des exportations a entrainé un manque à gagner au secteur de la pêche qui a représenté 16 % des recettes totales des exportations nationales en 2018.

L’alimentation et l’agriculture durables ont un potentiel considérable pour revitaliser le paysage rural, assurer la croissance de manière inclusive et susciter des changements positifs chez les petits producteurs fortement impactés. De plus en plus d’efforts sont nécessaires afin d’assurer le bon fonctionnement des chaines de valeur alimentaire et de promouvoir la production et la disponibilité d’une alimentation nutritive, diversifiée et sans risque pour tous. En faisant ainsi, il est important de placer en priorité la santé des consommateurs et des travailleurs et d’adopter de bonnes mesures de salubrité comme les tests, la distanciation sociale et d’autres mesures d’hygiène.

Selon le ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural, Moussa Baldé, « à ce stade, il est difficile de mesurer les impacts réels sur la santé publique, l’économie, l’environnement, et sur les moyens de subsistance des populations ».

Il est d’avis qu’il faut « se poser d’ores et déjà des questions sur les implications alimentaires pour les Sénégalais, et aussi de contribuer à la réflexion globale sur la résilience et la durabilité de nos systèmes alimentaires dans la riposte au covid-19 et post covid-19 ».
Production locale pour une assistance alimentaire à 300 000 personnes
L’initiative « Le panier de la ménagère » entre dans le cadre de la mise en œuvre du plan de réponse des Nations Unies et a pour objectif de protéger les chaines d’approvisionnement alimentaire et les producteurs locaux particulièrement les femmes et les jeunes afin d’apporter une assistance alimentaire aux ménages sénégalais qui pourraient être plus touchés par un confinement général de la population dans ce contexte de pandémie. L’initiative vise à contribuer à l’amélioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle des ménages vulnérables situés en zones rurales, urbaines et périurbaines et affectés par l’impact du confinement.

Les petits agriculteurs vivant dans les zones rurales des pays en développement sont beaucoup plus menacés par l’insécurité alimentaire en raison notamment de leurs faibles revenus. Ce serait tragique si ce problème devait être exacerbé et leur capacité à produire de la nourriture réduite, à un moment où nous essayons d’assurer la continuité de l’approvisionnement alimentaire. Ainsi, Les enfants, les femmes et les jeunes sont les cibles de l’initiative conjointe « Le panier de la ménagère » qui vise à protéger la production locale et à faciliter l’écoulement des récoltes. Il permettra de renforcer l’accès aux aliments variés et diversifiés et l’état nutritionnel de 300 000 personnes, soit environ 37 500 ménages vulnérables. Le Programme soutiendra leurs capacités financières via des transferts monétaires inconditionnels et aidera à réduire leur exposition au COVID-19 en cassant la chaine de contamination possible lors de leur approvisionnement alimentaire dans les marchés, les tables de rue, les cantines, etc. Grâce à cette initiative, la rentabilité économique des activités d’au moins 1000 femmes productrices devront aussi être améliorée.

Les ménages bénéficiaires seront sélectionnés à partir du registre national unique et d’un ciblage communautaire qui va s’appuyer sur l’expérience de la Délégation générale à la protection sociale et à la solidarité nationale (DGPSN) et le registre unique dans les quartiers et les villages.

« Le panier de la ménagère est un pont entre les producteurs qui n’arrivent pas à écouler leurs produits alimentaires et les ménages qui sont en situation d’insécurité alimentaire et nutritionnelle », a expliqué le Coordonnateur du Bureau sous-régional de la FAO pour l’Afrique de l’Ouest et Représentant de la FAO au Sénégal, Gouantoueu Robert Guei.

« Le programme Panier de la ménagère rentre en droite ligne avec notre initiative appelé les femmes font partie de la solution. Les femmes font partie aussi bien des petits producteurs mais seront aussi des bénéficiaires » a indiqué la Directrice régionale d’ONU Femmes Afrique de l’Ouest et du Centre, Oulimata Sarr.

« La réponse au COVID n’est pas que sanitaire. Nous devons faire en sorte de protéger les femmes et les filles affectées par la baisse des revenus, l’accroissement des tensions au sein des ménages et exposées au risque de violences basées sur le genre », a plaidé la Représentante Résidente de UNFPA, Cécile Compaoré Zoungrana.

Agir ensemble pour freiner le COVID-19

FAO, ONU Femmes et UNFPA ont initié une action conjointe visant à renforcer la résilience des populations vulnérables, notamment les enfants, les femmes et les jeunes. Ces agences sœurs ont décidé de contribuer pour près de 450 millions de francs CFA pour renforcer les systèmes alimentaires à travers cette belle initiative. Pour assurer la cohérence des interventions, la mise en œuvre du programme sera assurée à travers des partenariats stratégiques avec le Ministère de l’Agriculture et de l’Equipement rural et celui de la Femme de la Famille et du Genre.

Facebook ONU

Chaîne video ONU
INSTAGRAM
FLICKR