BIENVENUE À L'ONU | VOUS ÊTES CHEZ VOUS
| English | Français

Système
des Nations unies
au Sénégal

SÉNÉGAL : lancement du premier Cours ouest-africain d’addictologie

En Afrique, la consommation de divers types de drogues, dont la cocaïne, les opioïdes, les stimulants de type amphétamine ; et des nouvelles substances psychoactives, est en augmentation, selon le Rapport 2017 de l'Organe international de contrôle des stupéfiants (OICS). Dans le monde, seule 1 personne sur 6 parmi celles qui ont besoin d'une prise en charge a accès à des programmes de traitement de la toxicomanie alors que ce chiffre pour l'Afrique est de 1 sur 18.

L’ONUDC a soutenu la mise en place de curricula universitaires pour garantir la formation de spécialistes en addictologie, à travers une approche orientée sur la santé publique et sensible aux droits humains.

Ces efforts couplés à la volonté politique des autorités locales ont permis le lancement le 28 février dernier à Dakar, du premier diplôme universitaire en Addictologie d’Afrique de l’Ouest par la Faculté de médecine de l’université Cheikh Anta Diop de Dakar.

Des autorités universitaires, des représentants des organisations internationales, des spécialistes de la lutte contre la drogue, des corps d’application de la loi, et d’autres personnalités et partenaires ayant soutenu le projet du cours, ont assisté au lancement du cours.

L’objectif principal de cette spécialité universitaire est d’accroître la qualité des ressources humaines dans la prise en charge des usagers de drogues dans le respect de leurs droits humains, et de participer au changement des méthodes thérapeutiques par une vulgarisation de l’addictologie au Sénégal et dans la région.

Cérémonie de lancement du premier Cours universitaire ouest-africain d'addictologie à l'université de Dakar, Sénégal ©ONUDC

Cérémonie de lancement du premier Cours universitaire ouest-africain d'addictologie à l'université de Dakar, Sénégal ©ONUDC

Selon le Professeur Mamadou Habib Thiam, Chef du service de psychiatrie du Centre hospitalier universitaire de Fann, « Le coût sanitaire de l’abus des drogues représente jusqu’à 2% du PIB pour certains pays et l’implication de l’université pourra aider à trouver des solutions de réduction de la demande en drogue. Ce cours sera un outil de transmission des savoirs pour une meilleure prise en charge sanitaire des usagers. »

Selon le Professeur Aida Sylla, Chef de la Division de la Santé mentale au Ministère de la Santé, « la mise en place du diplôme universitaire suscite beaucoup d’espoir eu égard au manque de spécialistes et de données épidémiologiques sur les drogues. »

Ce cours est l’aboutissement d’un long processus avec l’Enquête dite « UDSEN » conduite d’avril à juillet 2011 au Sénégal qui a permis de collecter des données qualitatives et quantitatives fiables sur la problématique des consommateurs de drogues injectables dans la région de Dakar. Le Centre de Prise en charge Intégré des Addictions de Dakar (CEPIAD) a ensuite été créé, grâce à l’appui de l’ONUDC ainsi que du CNLS, d’ESTHER devenu Expertise France, du Fonds Mondial, de la Mairie de Paris et de l’Initiative 5%. Une centaine de personnes, dont beaucoup de médecins, d’étudiants et des personnels d’application de la loi ont assisté avec intérêt à cette leçon inaugurale.

Une dizaine de modules sont enseignés dans ce cours d’addictologie allant de la « Psychopathologie des addictions », à la « Clinique des addictions aux Substances psychoactives », sans oublier les aspects légaux et la réduction des risques liés aux addictions.

Babacar Diouf, Chargé de programmes, au nom du Représentant Régional de l’ONUDC, a expliqué que « l’ONUDC propose une approche équilibrée de la prise en charge des questions de drogues. La CEDEAO et l’Union Européenne, nos partenaires, se félicitent de la mise en place de ce diplôme universitaire qui renforce les initiatives en cours de contrôle des drogues. »

L’ONUDC a en effet accompagné financièrement et techniquement la mise en place du CEPIAD en 2014 et a facilité la formation en France de deux addictologues. Environ 200 patients sont actuellement pris en charge dans ce Centre et plusieurs centaines d’usagers de drogue soufrant d’addiction ont déjà bénéficié de ses services.

De son côté, la CEDEAO s’est engagée à appuyer l’intégration du curriculum sur les addictions aux drogues dans l’enseignement universitaire dans la région. À cet effet, la CEDEAO, l’ONUDC et l’Union Européenne sont en partenariat dans le cadre du Projet de Soutien au Plan d’action régional de la CEDEAO en matière de lutte contre le trafic illicite de stupéfiants, la criminalité organisée qui y est liée, et l’abus de drogues en Afrique de l’Ouest.

L’ONUDC fournit une assistance technique aux États d’Afrique de l’Ouest depuis 20 ans, par le biais de son Bureau régional pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre basé à Dakar, au Sénégal et de 11 autres bureaux locaux basés dans différents pays de la région.

Facebook ONU

Chaîne video ONU
INSTAGRAM
FLICKR