BIENVENUE À L'ONU | VOUS ÊTES CHEZ VOUS
| English | Français

Système
des Nations unies
au Sénégal

Ramadan et COVID-19 au Sénégal

Les musulmans du Sénégal devraient observer à partir de ce samedi le jeûne du mois de Ramadan. Cette année, celui - ci ne sera pas comme les autres du fait du contexte né de la crise du COVID 19. Les musulmans doivent s’adapter aux mesures édictées par le Gouvernement dans le cadre de la riposte contre le COVID-19.

Prier et jeûner chez soi, sans possibilité de retrouvailles familiales ni prières à la mosquée, c’est le scenario qui se profile à la veille du Ramadan.
Mais d’autres inquiétudes surviennent : craintes de pénuries, augmentation des prix de denrées alimentaires.

L’Etat du Sénégal a pris, dès le début de la pandémie des mesures pour protéger les populations. Parmi elles, l’on dénombre la fermeture des frontières (d’ailleurs prolongée jusqu’au 31 Mai 2020), l’interdiction des grands rassemblements et des cultes dans les édifices religieux et l’instauration du couvre-feu entre 20h à 6h.

Par ailleurs, pour atténuer les effets de la crise due au COVID-19, le gouvernement a pris des dispositions pour l’approvisionnement des marchés et la distribution gratuite de vivres.

Ces différentes mesures limitent la mobilité des habitants et changent fondamentalement leur mode de vie. Et cela ne va pas sans conséquences sur la manière de vivre le Ramadan.

JPEG - 82.2 ko
Modou Thiaré, agent de sécurité

Le jeûne s’observe de l’aube (Suhour) au crépuscule (Iftar). Durant la journée le Musulman s’abstient de manger et de boire notamment. Si dans le fond les restrictions touchant à la mobilité des personnes, ne semblent pas changer l’observation du Ramadan, dans la forme, certains rites subiront des modifications. Les prières quotidiennes en groupe, les regroupements sociaux au moment de la rupture du jeûne ne pourront pas être possibles.

« Pour moi, le Ramadan se passera calmement chez moi avec ma femme et mon bébé », c’est ainsi que Modou Thiaré, agent de sécurité dans une société de Dakar résume cette période qui commence.

Du reste, l’Organisation Mondiale de la Santé a émis une dizaine de mesures à observer par les « jeûneurs ».

Mois du partage, le ramadan, même confiné ou en mobilité réduite, n’en oubliera pas sa dimension caritative. Les imams et les leaders islamiques devront appeler les fidèles à la solidarité.

Facebook ONU

Chaîne video ONU
INSTAGRAM
FLICKR