BIENVENUE À L'ONU | VOUS ÊTES CHEZ VOUS
| English | Français

Système
des Nations unies
au Sénégal

Première mission conjointe des Nations Unies au Sénégal dans la région de Kolda

Le Système des Nations Unies (SNU) au Sénégal a effectué sa première mission de terrain dans la région de Kolda. Il s’agissait de constater les progrès réalisés dans le cadre de l’appui que le (SNU) apporte aux autorités de la région de Kolda et aux populations locales pour l’atteinte des Objectifs de Développement Durable (ODD).

Pas moins de onze agences du Système des Nations Unies, ont effectué le déplacement à Kolda, avec à la tête de cette imposante délégation, Mme Priya Gajraj, Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies (SNU) au Sénégal, accompagnée des Représentants des agences. L’ONU Femmes, l’UNICEF, l’OIM, le PNUD, le VNU, l’UNFPA, le HCR, le PAM, la FAO et le CINU, ont toutes participé à cette mission.
Un constat simple a motivé le choix de Kolda pour cette première mission conjointe. Cette région bénéficie en effet d’une action concentrée des services de l’Organisation des Nations Unies (ONU), avec l’appui du gouvernement sénégalais et les autorités locales. Kolda s’est donc avérée être le lieu idéal pour juger, les effets de l’action soutenue du SNU sur le terrain. Une action au spectre large, dirigée en priorité vers les groupes les plus vulnérables et dont l’idée directrice est d’accompagner les populations pour que chaque individu soit en mesure d’exprimer son potentiel.

Rencontre avec le Gouverneur de Kolda

La mission conjointe des Nations Unies a d’abord, le mardi 02 juillet, rencontré le Gouverneur de Kolda, Monsieur Ousmane Kane. A l’occasion de cette rencontre, Madame le Coordonnateur Résident a ainsi pu présenter les enjeux de la réforme de l’ONU. La nouvelle approche « One UN », à travers son action interagence, permettra d’atteindre plus efficacement les Objectifs de Développement Durable.
Au-delà de ces fructueux échanges qui ont confirmé la volonté de poursuivre la coopération entre les autorités administratives, locales et l’ONU ; les visites de terrain se sont focalisées sur des projets spécifiques. Ces derniers ont tous pour objectif premier la croissance inclusive et durable, ainsi que l’accès des plus vulnérables à des services sociaux de base et de qualité.

JPEG - 1.7 Mo

La delegation des Nations Unies Sénégal et le Gouverneur de Kolda / Photo : ONU Sénégal, Bruno Démeocq

Club de jeunes filles de Kolda (contribue à l’atteinte des ODD 1, 3, 4, 5)

Une cinquantaine de jeunes filles membres du club des jeunes filles de Kolda a accueilli la délégation au Centre de formation professionnel de la ville. C’est par un exposé du principe des clubs des jeunes filles et les changements qualitatifs que ce projet a apporté dans leurs vies, qu’a commencé la séance. Ces clubs des jeunes filles ont été mis en place par le Centre Conseil Adolescent de Kolda avec l’appui d le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) ; d’une part, pour aider et accompagner les jeunes filles dans la lutte contre l’excision, les grossesses et mariages précoces ; et d’autre part, pour faire la promotion de la scolarisation des jeunes filles et leur employabilité. C’est dans ce cadre qu’a été mis en place le « Pacte communautaire - New Deal ». Il repose sur un pacte signé entre les clubs de jeunes filles, les parents et les marraines (Bajenu Gox), pour l’objectif “zéro grossesse” en leur sein. Notons par ailleurs que trente-cinq mariages d’enfants ont pu être annulés grâce à cette initiative.

JPEG - 1.7 Mo

Présentation du principe du « New deal » par un membre club des jeunes filles de Kolda / Photo : ONU Sénégal, Bruno Démeocq

Projet Muskoka (contribue à l’atteinte des ODD 3, 5, 10, 16, 17)

La délégation s’est rendue au deuxième jour de la visite au Centre de santé de la ville de Kolda qui abrite le projet Muskoka. Ce projet a été financé par un fonds français éponyme est mis en œuvre par trois ministères nationaux (Santé, Jeunesse, Femme, Famille, Genre et Protection des Enfants) et quatre agences de l’ONU (OMS, UNICEF, UNFPA, ONU Femmes). Il vise à renforcer la lutte contre la mortalité maternelle, néonatale et infantile. Pour ce faire, Muskoka œuvre à renforcer les systèmes de santé et à lutter contre les violences faites aux femmes. Les résultats de ce projet sont tangibles. Il a permis de dépister la malnutrition chez des enfants, de déployer des structures d’accueil (salles d’écoute et de référencement) et de personnes (travailleurs sociaux et Badienou Gox), visant la prise en charge des femmes vulnérables ; ou encore la mise en place d’aides juridiques et matérielles pour des femmes victimes de violence. La délégation a pu visiter toutes ces entités et rencontré des Badiénou Gox et des parents qui sont venus traiter leurs enfants.

JPEG - 1.5 Mo

La Directrice régionale de Onu Femme félicitant un papa modèle au Centre de santé de Kolda / Photo : ONU Sénégal, Bruno Démeocq

Initiative Conjointe UE-OIM pour la protection et la réintégration des migrants au Sénégal (contribue à l’atteinte des ODD 8, 10, 17 )

Pour les aider à se réintégrer, l’OIM encadre et aide d’anciens candidats à la migration de la région de Kolda et ses environs via des séances de formation pour ensuite les accompagner dans des activités génératrices de revenus.
L’Initiative conjointe UE-OIM pour la protection et la réintégration des migrants est mise en œuvre par l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), en collaboration avec la Direction générale des Sénégalais de l’Extérieur (DGSE). Ce projet vise la protection et la réintégration des migrants à la suite d’une tentative d’émigration en Europe. Ce projet encourage le retour volontaire des migrants qui sont annuellement plusieurs milliers de personnes, pour la plupart des jeunes hommes et leur offre la garantie d’une bonne intégration. Ceci prend notamment la forme d’un suivi, de réflexions personnelles, d’apprentissage, de réunions, de bilans ainsi que d’un véritable kit de réintégration, source de revenus pour faire face aux premiers temps. L’objectif à terme est que chacun puisse exercer un métier qu’il a choisi. À Kolda depuis le début de l’année, ce sont plus de 250 anciens migrants qui ont bénéficié de cette initiative.

JPEG - 1.8 Mo

Les jeunes migrants recevant son kit de réintégration des mains du Chef de mission OIM Sénégal Monsieur Bakary Doumia / Photo : ONU Sénégal, Bruno Démeocq

Résilience/4R (contribue à l’atteinte des ODD 1, 2, 5, 7, 8, 13 )

Le Programme Alimentaire Mondial a accueilli la forte délégation du Système des Nations Unies sur son site du village de Talto. Là, a été mis en place il y a un peu plus d’un an un biodigesteur pour faciliter le quotidien des membres des groupements de femmes qui oeuvrentœuvrent dans la transformation de produits locaux. Les invités ont visité cette installation qui consiste en une infrastructure enfouie sous terre et qui permet de recycler des déchets organiques, en l’occurrence la bouse de vache, en engrais biologique et en gaz. Du gaz, les femmes de Talto Diéga n’en achètent plus pour transformer les produits locaux tels que le bissap et le bouye en sirop. Ce qui leur permet d’économiser de l’argent. L’engrais issu du biodigesteur sert à fertiliser les sols de leurs champs. Le biodigesteur a été mis en place dans le cadre de l’initiative 4R pour renforcer la résilience des ménages ruraux exposés à l’insécurité alimentaire. L’initiative 4R passe par la mise en place d’une stratégie de gestion des risques, à travers la gestion des ressources, le recours à des micro assurances et microcrédits et la constitution d’une épargne.
Les femmes de Talto Diéga en plus d’exposer les produits qu’elles ont transformé grâce à l’énergie du biogaz, ont fait une simulation de l’épargne pour le crédit. Ce volet de l’initiative 4R aide les femmes à épargner plus facilement par un mécanisme de prêt communautaire ; ce qui les épargnes des procédures des institutions financières. Une complicité s’est créée entre les femmes membres de la délégation et celles de Talto Diéga qui les ont conviées à participer à l’activité. Ce qui a été une occasion pour les femmes du groupement de partager leur vécu et les difficultés qu’elles rencontrent.

JPEG - 4.3 Mo

La délégation conviée à l’activité d’épargne pour le crédit par les femmes de Talto Diéga / Photo : ONU Sénégal, Bruno Démeocq

Projet Renforcement de la gestion des terres et des écosystèmes des Niayes et de la Casamance dans un contexte de changements climatiques (contribue à l’atteinte des ODD 2, 13, 15

La population de Soukou a accueilli en liesse la délégation du SNU sur le site de Soukou au troisième et dernier jour de la visite. Ici, le PNUD a mis en place d’une digue de retenu d’eau qui leur permet de récupérer des terres cultivables précédemment perdues avec l’érosion hydrique.
Ce projet de renforcement de la gestion des terres et des écosystèmes des Niayes et de la Casamance a été bien accueilli par les populations qui aujourd’hui parviennent à développer des stratégies d’adaptation aux changements climatiques, et l’application de pratiques résilientes. Celles-ci, qui concernent près de 3 700 producteurs rizicoles, notamment les femmes, visent la protection des écosystèmes forestiers, la lutte contre les incendies, la formation sur des techniques spécifiques ou encore l’aménagement d’une vallée. Un autre volet de l’initiative, et non des moindres, passe par la sensibilisation. Ceci a été possible grâce à un dispositif de suivi du climat via des stations de collecte (notamment une météorologique à Saré Didji et une hydrométrique en Casamance) et l’appui de l’armée sénégalaise.

JPEG - 1.8 Mo

La délégation accueillie par les populations en liesse / Photo : ONU Sénégal, Bruno Démeocq

Salimata Coly Diatta, volontaire des Nations Unies (VNU) spécialiste de l’environnement avec le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) Sénégal, appuie la mise en œuvre de ce projet en partageant l’expérience avec les communautés locales sur l’entretien des plantations et des bonnes pratiques agricoles qui rentrent dans la stratégie d’adaptation aux changements climatiques.

JPEG - 1.6 Mo

De droite à gauche : Salimata Coly Diatta volontaire des Nations Unies (VNU) spécialiste de l’environnement et Ouarda Derafa, Spécialiste de portefeuille des projets au Bureau pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre de programme des Volontaires des Nations Unies / Photo : ONU Sénégal, Bruno Démeocq

Recommandations générales et bilan de la mission

Chacune de ces initiatives a fait l’objet d’une implication indéniable de toutes les parties prenantes, et bénéficie de retombées positives concrètes et chiffrées dont chacun peut se féliciter. Par ailleurs, une démarche continue de bilan et d’amélioration vise à poursuivre ces efforts.

JPEG - 1.9 Mo

Conférence de presse conjoint dirigée par le Coordonnateur Résident (De droite à gauche, la Directrice régionale de ONU Femme ai Oulimata Sarr, la Représentante Résidente de UNFPA Cécile Compaoré, la Représentante Résidente du PAM Lena Savelli, le Coordonnateur Résident Priya Gajraj, le Directeur de l’OIM Bakary Doumbia, le Chef de L’Unité Senegal du HCR Josephine Ndayizigiye et l’ Economiste principal du PNUD Isiayaka SABO / Photo : ONU Sénégal, Bruno Démeocq

En ce qui concerne l’impact du Système des Nations Unies au Sénégal, il serait souhaitable de renforcer davantage la coordination régionale entre les agences. Ceci permettra de tirer davantage parti des avantages comparatifs et de l’expertise de chacun. Par ailleurs, il conviendra de soutenir le plan de développement régional et de renforcer le dialogue et la coordination avec le gouverneur et ses services. Enfin, lors de sa conférence de presse, madame Priya Gajraj, Coordonnateur Résident, a salué le travail de tous. Elle a également insisté sur l’importance d’une vision du développement local, sujet qui a été évoqué lors de l’entretien avec monsieur le Gouverneur. En outre, il ne saurait selon madame Gajraj, y avoir d’impact maximal sans l’appropriation des projets et initiatives par les communautés. L’ensemble des visites effectuées sur le terrain a permis à chacun de constater à quel point cette appropriation était déjà une réalité. Enfin, madame le Coordonnateur Résident a évoqué une grande réunion à venir, sur le changement climatique, au siège des Nations Unies, et à laquelle le Sénégal pourra comme tous les autres pays du monde présenter son plan d’action en la matière.

Retrouvez toutes les photos de la première mission conjointe des Nations Unies au Sénégal dans la région de Kolda

Portfolio

Facebook ONU

Chaîne video ONU
INSTAGRAM
FLICKR