WELCOME AT UN | YOU ARE AT HOME
| English | Français

United
Nations System
in Senegal

Les filles de Kolda : une force libre et inarrêtable

En juillet 2019, lors de la visite de terrain conjointe d’Equipe pays de l’ONU Sénégal a effectué une visite conjointe dans la région de Kolda. Un des moments forts de la visite, a été la rencontre avec les filles du Club des Jeunes Filles de Kolda, fruit de l’initiative du Centre Conseil Adolescent de la région, avec l’appui de UNFPA Sénégal. La délégation a été impressionnée par leurs combats, leurs réussites et leur confiance en elles.

CLUBS DES JEUNES FILLES

Lors de la rencontre au CDEPS (Centre départemental d’éducation populaire et sportive), les filles nous ont parlé de leurs engagements et leurs actions. Notamment la campagne « #TouchePasAMaSœur » - qui vise à sensibiliser les populations à l’abandon de la pratique néfaste des mutilations génitales féminines (MGF), des mariages précoces et des violences faites aux femmes. Les filles se mobilisent pour engager leurs communautés dans la lutte contre l’excision qui met en danger la santé des filles et représente une violation extrême des droits de la personne.

Josiane, présidente du Club des jeunes filles à Kolda. Photo : ONU Sénégal, Bruno Démeocq

« J’avais 8 ans, lorsqu’on m’avait excisée. J’ai vécu après les conséquences. Lorsque ma grand-mère a voulu exciser ma petite sœur, je me suis opposée. Je l’ai sauvée de l’excision. » , se félicite Coumba Mballo, la présidente du Club de jeunes filles de Saré Kémo, un quartier de Kolda, à forte prévalence de cas d’excision. Dans cette région, le pourcentage des filles de moins de 15 ans excisées est passé de 46% en 2016 à 35 % en 2017.

A leur actif, les filles ont également présenté un concept de « New Deal » qui représente un « pacte » signé entre les clubs de jeunes filles, les parents et les marraines (bajenu gox), pour un objectif “zéro grossesse” au sein des Clubs de jeunes filles. Ce pacte s’appui sur 3 piliers :

  • Les parents qui s’engagent de ne pas marier leurs filles avant 18 ans ;
  • Les filles qui promettent de ne pas tomber enceintes avant le mariage ;
  • Le renforcement du leadership des filles, surtout dans la prise en charge des besoins des adolescentes et des jeunes.

EDUCATION DES FILLES : UNE VERITABLE FORCE DE DEVELOPPEMENT

L’un des enjeux principaux, c’est de permettre aux filles de rester à l’école et poursuivre leur formation. Car, cela renforce leur pouvoir de subvenir à leurs propres besoins et ceux de leurs familles.

« Toutes les études sans exception montrent qu’aucun instrument de développement n’est plus efficace que l’éducation des filles et l’émancipation des femmes. » - Kofi Annan, ancien Secrétaire-General des Nations Unies.

Les efforts des Clubs des jeunes filles ont porté leurs fruits : 156 jeunes filles sont actuellement en formation professionnelle, 14 sont en train de poursuivre leurs études à l’Université, 21 ont été t formées en coiffure, couture, restauration et mécanique.

Gindo Baldé, Mécanicienne. Photo : ONU Sénégal, Bruno Démeocq

Gindo,19 ans est devenue une des rares filles mécaniciennes de Kolda. Son expérience en tant que membre du Club des jeunes filles et le soutien de l’UNFPA lui ont permis de réaliser sa passion. « Ma passion pour la mécanique m’est venue d’une émission télé qui montrait une fille mécanicienne. J’ai tout de suite su que c’est ce que je voulais faire. Malgré les réticences de mes parents et de mes proches, j’ai poursuivi cette voie, en faisant une formation, qui m’a permis de devenir mécanicienne. Aujourd’hui, je suis fier de gagner un salaire grâce à ma passion et d’aider financièrement mes parents à chaque fin de mois. »

Kadidiatou Ba, présidente du Club des jeunes filles de quartier Bouna à Kolda. Photo : ONU Sénégal, Bruno Démeocq

Les Clubs des jeunes filles permettent aux filles de briser les barrières dues aux stéréotypes et à l’exclusion, en leur donnant la force et les outils pour être les leaders dans leurs communautés et pouvoir construire un avenir meilleur pour elles. « Moi, ce que j’aime, c’est ce que je suis devenue aujourd’hui grâce au Club des jeunes filles. Avant, je n’osais pas m’exprimer devant les gens, même à la maison, ou dans ma commune. Grace à l’appui du Club des jeunes filles, je me sens maintenant à l’aise où que je sois ; je peux parler n’importe où sans aucune difficulté. » - nous a confié jeune Kadidiatou Ba, 15 ans, présidente du Club des jeunes filles de quartier Bouna à Kolda.

11 OCTOBRE - JOURNEE INTERNATIONALE DE LA FILLE

Depuis 2012, la Journée internationale de la fille est célébrée chaque année le 11 octobre. Cette Journée vise à mettre en lumière les besoins des filles et à répondre aux défis auxquels elles font face. Cette année, sous le thème «Les filles : une force libre et inarrêtable », les Nations Unies célèbrent les réalisations accomplies par, avec et pour les filles depuis l’adoption de la Déclaration et du Programme d’action de Beijing.
L’éducation, la formation professionnelle, la lutte contre les violences basées sur le genre et l’autonomisation économique des filles et des femmes occupent une place principale dans le Plan-cadre des Nations Unies pour la coopération au développent du Sénégal 2019-2023, dans le but de leur permettre d’exercer pleinement leurs droits fondamentaux.

Au Sénégal, l’ensemble des agences du système des Nations Unies œuvre pour l’autonomisation des filles, afin qu’elles puissent réaliser leur potentiel et construire un avenir sûr pour elles et leurs communautés.

par Veronika Verner, l’Equipe de communication du Bureau de coordonnateur résident des Nations Unies au Sénégal

Facebook ONU

Chaîne video ONU
INSTAGRAM
FLICKR