BIENVENUE À L'ONU | VOUS ÊTES CHEZ VOUS
| English | Français

Système
des Nations unies
au Sénégal

Les Règles Mandela à l’honneur à l’Institut des Droits de l’Homme et de la Paix de Dakar.

Le 18 juillet 2017, la communauté internationale a célébré la journée internationale Nelson Mandela en hommage à l'ancien Président sud-africain, icône de la lutte anti-apartheid. Dans sa lutte pour les droits, la paix et la démocratie, Nelson Mandela a laissé une empreinte indélébile : une personne emprisonnée, quel que soit son sexe, son âge, son origine, le crime commis ou la peine imposée, ne doit en aucun cas être privée de son humanité au même titre que de sa liberté.

Comme chaque année cette journée est une opportunité pour promouvoir des conditions de détention plus humaines, sensibiliser l’opinion au sort difficile des détenus qui font partie intégrante de la société et reconnaître l’importance du travail social accompli par le personnel pénitentiaire. C’est dans cet esprit qu’en 2015, l’Assemblée générale des Nations Unies a révisé par sa Résolution 70/175 l’Ensemble de Règles minimales pour le traitement des prisonniers et les a appelées « Règles Nelson Mandela ».
L’Organisation des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) a organisé une après-midi d’échanges à l’Institut des Droits de l’Homme et de la Paix (IDHP) de la Faculté des sciences juridiques de l’université Cheikh Anta Diop de Dakar, en collaboration avec l’administration pénitentiaire de la capitale. 80 étudiants en Master Droits de l’Homme y ont participé pour écouter et commenter les interventions du Dr Samba Thiam, Directeur de l’IDHP, du Colonel Thiaca Thiaw, Professeur en droit des prisonniers et expert international, du Colonel Daouda Diop, Directeur de l’administration pénitentiaire, de l’Inspecteur Samba Diouf, membre de l’administration pénitentiaire et de deux représentantes de la section justice du bureau régional de l’ONUDC.

Après le mot de bienvenue du directeur de l’IDHP, l’ONUDC a présenté le cadre général des Règles Mandela ainsi que leurs spécificités pratiques et les problématiques actuelles de la région. Le Colonel Daouda Diop a discuté de l’application des règles au Sénégal ainsi que de l’évolution des droits des prisonniers, notamment au sein de la maison d’arrêt Reubeuss de Dakar. Enfin, le Colonel Thiaca Thiaw est revenu sur son expérience en République Démocratique du Congo et a abordé les problématiques persistantes dans les prisons des pays en crise. La journée s’est terminée par une séance de questions-réponses avec les étudiants, particulièrement intéressés par le sujet de la réinsertion sociale des prisonniers.

Le Colonel Daouda Diop a rappelé le fait que les administrations carcérales doivent se soumettre non seulement « à leurs obligations légales, mais également à leurs obligations morales » pour l’amélioration des conditions de détention. Le directeur de l’IDHP a appelé les étudiants à apporter leur « pierre à l’édifice » en faisant ponctuellement dons de livres, de vêtements, ou tout autre objet pouvant contribuer à la réintégration des prisonniers à notre société. La journée, riche d’échanges, fut un succès pour les institutions présentes et présage de futures collaborations.
En outre, l’ONUDC a exposé son projet de développer une large gamme d’outils afin d’aider les États membres désireux de réformer leurs systèmes pénitentiaires. Ceci peut être atteint par le biais de réformes législatives et réglementaires, l’amélioration des pratiques et des capacités de gestion des prisons, la protection des groupes vulnérables et la promotion des droits humains.

Dans le cadre du Programme régional pour l’Afrique de l’Ouest (2016-2020), l’ONUDC travaille avec les États membres et leurs institutions compétentes afin, entre autres, de renforcer les cadres législatifs, réglementaires et politiques ; protéger les groupes vulnérables et promouvoir les droits de l’homme ; répondre aux besoins de réinsertion sociale des détenus et trouver des alternatives à l’incarcération.

Facebook ONU

Chaîne video ONU
INSTAGRAM
FLICKR