BIENVENUE À L'ONU | VOUS ÊTES CHEZ VOUS
| English | Français

Système
des Nations unies
au Sénégal

Le Sénégal ferme ses frontières et interdit les rassemblements publics

Dakar, le 23 mars 2011 - Le Sénégal, à l’instar de la plupart des pays du monde, fait face à la pandémie de COVID-19. Alors que le pays vient de connaître 11 nouveaux cas supplémentaires, selon le dernier communiqué publié par les autorités dimanche soir, le gouvernement Sénégalais a pris une batterie de mesures pour atténuer la propagation de la maladie. Entre fermeture des frontières aériennes et maritimes et interdiction de manifestations publiques, des moyens sont mis en œuvre pour limiter la progression du COVID-19

Le Sénégal, compte désormais 67 cas détectés depuis l’apparition du premier le 02 Mars dernier. Face à l’augmentation progressive de la maladie à Coronavirus, le gouvernement Sénégalais a décidé de fermer complètement ses frontières terrestres, aériennes et maritimes. Il y a quelques jours à peine, la fermeture de ces frontières était encore partielle.

« Après la fermeture partielle du ciel sénégalais, ce mercredi 18 mars 2020 à 23h59, le Ministre du Tourisme Alioune SARR a pris la mesure additionnelle suivante : la suspension de l’exploitation de tous les vols en provenance et à destination des aéroports du Sénégal à l’exception des vols domestiques entre l’Aéroport Blaise DIAGNE et Ziguinchor, des vols cargo, des évacuations sanitaires et des vols spéciaux autorisés  », indique le communiqué officiel dudit ministère. La même mesure concerne aussi les frontières terrestres et maritimes.

Fermeture des lieux de culte

En plus de la fermeture des frontières, les autorités ont également annoncé jeudi 19 mars, la fermeture des mosquées de Dakar et de sa région vendredi, jour de la grande prière hebdomadaire, et ce jusqu’à nouvel ordre. Cette décision, dans un pays très majoritairement musulman, à plus de 90%, a reçu l’assentiment de la plupart des confréries religieuses, très influentes dans la société Sénégalaise et de l’Association des Imams et Oulémas du Sénégal, qui ont appelé leurs fidèles à se ranger du côté de l’Etat, selon l’Agence Presse Sénégalaise. Dans cette société Sénégalaise très pratiquante, les Evêques du Sénégal avaient, eux aussi, annoncé le 17 mars plusieurs mesures dont « la suspension provisoire des offices religieux à caractère public jusqu’après le dimanche de Pâques, en vue d’aider à lutter contre la propagation du coronavirus ».

L’ensemble des décisions viennent s’ajouter à celles déjà prises lorsque le nombre de cas infectés à franchi la barre de la dizaine. Il s’agit entre autres de la fermeture des crèches, écoles et universités pour trois semaines et l’interdiction de toute manifestation publique pour une durée d’un mois.
Pour le moment, ce pays d’Afrique de l’ouest n’a enregistré aucun décès et tous les sénégalais et résidents du pays sont appelés à se conformer aux mesures édictées.

Facebook ONU

Chaîne video ONU
INSTAGRAM
FLICKR