WELCOME AT UN | YOU ARE AT HOME
| English | Français

United
Nations System
in Senegal

Etat d’urgence et couvre – feu pour barrer la route à l’ennemi mondial COVID-19

Trois semaines après l’apparition du premier cas du COVID-19 au Sénégal, le nombre de personnes infectées ne cesse d’augmenter, même si le pays n’a pas encore enregistré de décès. Au regard de l’évolution de la situation, le président Macky SALL a décrété l’Etat d’urgence sur toute l’étendue du territoire assorti d’un couvre feu allant de 20h à 6h du matin. L’annonce a été faite dans une allocution radiotélévisée hier 23 mars.

« Ce soir, mes chers compatriotes, et je vous le dis avec solennité, l’heure est grave ». C’est sur ce ton alarmant que le président de la République Sénégalaise s’est adressé à la population. Dans son adresse à la Nation, Macky Sall a décidé de décréter à compter du même jour, « ce soir à minuit, l’état d’urgence sur l’étendue du territoire national’’.
Cette mesure est assortie d’un couvre-feu, de 20 heures à 6 heures, a précisé le président Sall dans un message diffusé à la télévision publique,RTS.

Une douzaine de nouvelles contaminations au Covid-19 ont été enregistrées lundi au Sénégal, portant ainsi le nombre de personnes infectées depuis le 2 mars à 79.

Le président Sall a ainsi ordonné aux forces de défense et de sécurité de se tenir prêtes en vue de l’exécution immédiate et stricte des mesures édictées sur l’étendue du territoire national

Conformément à la loi sur l’état d’urgence, ces mesures impliquent
concrètement, selon l’article 69 de la constitution sénégalaise et de la loi 69-29 du 29 avril 1969, « la réglementation ou l’interdiction de la circulation des personnes, des véhicules ou des biens, dans certains lieux et à certaines heures, l’interdiction à titre général ou particulier, tous cortèges, défilés, rassemblements et manifestations sur la voie publique, l’ordonnance, la fermeture provisoire des lieux publics et lieux de réunions et l’interdiction à titre général ou particulier, les réunions publiques ou privées de quelque nature qu’elles soient, susceptibles de provoquer ou d’entretenir le désordre ».

Le Président Sall, a par ailleurs prévenu que cette mesure est susceptible d’évoluer en fonction des circonstances.

Pour lui, L’Etat d’urgence « répond à un péril imminent si nous ne redoublons pas d’efforts. Face au péril, il nous donne les moyens de renforcer nos rangs et d’intensifier nos efforts de lutte pour vaincre notre ennemi commun
Par conséquent, a-t-il souligné, en limitant nos déplacements et nos rassemblements, nous arrêtons la circulation du virus. Si nous le faisons, nous avons la chance de gagner le combat contre le COVID-19
».

« Par contre, et je vous le dis avec franchise, si nous continuons de faire comme si de rien n’était, le virus va se propager de façon encore plus massive et plus agressive. Et malgré leur dévouement, nos personnels de santé seront alors débordés et ne pourront plus contenir la situation. C’est le pire des scénarios. Nous ne le souhaitons pas », a insisté le chef de l’Etat.

Les Sénégalais ont été invités à « une prise de conscience nationale sur la gravité de la situation ». L’état d’urgence vient s’ajouter à un ensemble de mesures déjà prises auparavant pour endiguer la propagation du COVID-19. Il s’agit entre autres de la limitation ou l’interdiction des manifestations publiques, de la fermeture des frontières terrestres, aériennes et maritimes.

Facebook ONU

Chaîne video ONU
INSTAGRAM
FLICKR