WELCOME AT UN | YOU ARE AT HOME
| English | Français

United
Nations System
in Senegal

Economie circulaire, industries vertes et emplois : des défis pour l’Afrique de l’Ouest

Sous l’égide de l’Union européenne et l’ONUDI, avec le soutien du Gouvernement du Sénégal et de la CEDEAO, s’est tenue au Centre International de Conférence Abdou Diouf (CICAD) de Diamniadio, du 22 au 23 juillet 2019, une conférence de haut niveau sur le thème « l’économie circulaire, l’industrie verte et emplois en Afrique de l’Ouest ». Cette rencontre a réuni des décideurs, des scientifiques et universitaires, des élus, des représentants de la société civile, des professionnels et des experts des secteurs publics et privés.

La cérémonie d’ouverture a été présidée par le ministre du Développement industriel et des Petites et moyennes Industries, M. Moustapha Diop, qui a rappelé la place centrale que les thématiques abordées lors de cette conférence, occupe dans l’agenda de développement défini par le Gouvernement du Sénégal.

Il faut dire que les économies d’Afrique de l’Ouest font face à de grands défis liés au capital humain et naturel, parmi lesquels des transformations économiques qui permettent aux entreprises d’innover et d’améliorer leur compétitivité en baissant leurs coûts de production par l’optimisation de l’utilisation des matières premières (eau, énergie, intrants de toute sorte) ; la création d’emplois en masse pour combattre la pauvreté. Aussi, des transformations vers une économie circulaire constitueraient pour les pays d’Afrique de l’Ouest, d’importantes opportunités pour relever les défis des emplois verts, des investissements durables, ou encore le développement d’entreprises vertes.

Mme Priya Gajraj, Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies au Sénégal, a rappelé l’engagement su Système des Nation Unies à accompagner le Sénégal et les pays d’Afrique de l’Ouest, à travers un modèle de développement durable, qui privilégie la préservation de l’environnement et le développement du capital humain.

Fort heureusement, des solutions existent pour tendre vers ce modèle qui replace l’humain et l’environnement au cœur du développement économique . Par exemple, une réorganisation du système de gestion des déchets, pourrait conduire à la création d’une vraie chaine de valeurs, porteuse d’opportunités de développement.

Mme Gajraj n’a pas manqué de rappeler la place centrale qu’occupent ces questions dansl’Agenda 2030 pour le développement durable adopté par les États membres des Nations Unies en 2015, notamment d’ambitieux objectifs visant la croissance économique durable, l’industrialisation durable et l’innovation, la production et la consommation durables, l’action pour le climat et les villes et communautés durables, etc.

Comme l’a souligné M. Christophe Yvetot, Représentant Résident de l’ONUDI au Sénégal, l’économie circulaire offre une opportunité de diminuer la pression exercée sur les ressources naturelles, d’éliminer les nuisances liées à la pollution de tous ordres ainsi que de diminuer les coûts de production. Elle offre par ailleurs, l’opportunité de rendre plus performantes les industries d’Afrique de l’Ouest en les ouvrant à de nouveaux secteurs, de nouveaux services et de nouveaux types d’emplois.

Etant donné que l’économie circulaire promeut la création d’une croissance durable en maximisant l’efficacité de l’affectation des ressources dans un système semi-fermé, elle offre de véritables perspectives agricoles à la sous-région.

En effet, une partie de la production comme les déchets, peut être réutilisée, ce qui permet le développement de solutions innovantes au bénéfice de l’environnement et de l’économie. Le même procédé est applicable dans la gestion des ordures ménagères et des boues de vidange, où le circuit semi-fermé permet de créer une chaine de valeurs dans laquelle, tous les intrants sont transformés et réutilisés.

Cette rencontre aura permis aux différentes parties prenantes, d’échanger sur les enjeux et les opportunités que présente l’économie circulaire, de partager sur les meilleures pratiques publiques et privées en Afrique de l’Ouest et dans l’Union Européenne, et d’identifier les meilleures politiques au niveau national et régional et les possibilités de coopération internationale.

Par Papa Cheikh Sakho Jimbira, Analyste en communication et pladoyer, Bureau de Coordonnateur Résident du Systèmes des Nations Unies au Sénégal

Facebook ONU

Chaîne video ONU
INSTAGRAM
FLICKR