BIENVENUE À L'ONU | VOUS ÊTES CHEZ VOUS
| English | Français

Système
des Nations unies
au Sénégal

Dialogue Politique de Haut niveau centré sur l’enfant, l’adolescent, et le jeune

Le Mercredi 27 juin 2018, marque le lancement de deux journées consacrées à la tenue du premier Dialogue Politique de Haut niveau centré sur l’enfant, l’adolescent, et le jeune dans les locaux du Conseil Economique Social et Environnemental sous la présidence de Mr Birama Mangara, Ministre Délégué auprès du ministre de l’Economie, des Finances et du plan, chargé du Budget. Cet évènement rassemble outre des jeunes filles et garçons, des experts en politique sociale y compris des universitaires, les hauts cadres du Gouvernement, et les représentants des ONG et des Partenaires au Développement. Il constitue une occasion d’échanger sur les réalisations du Sénégal dans le cadre de la Phase I du PSE et de recentrer la place du capital humain - enfant, adolescent et jeune - dans sa deuxième phase.

« Cette rencontre d’aujourd’hui traduit la plus haute expression de l’engagement de l’Etat à investir davantage dans cette tranche de la population afin d’assurer le bien-être social et le développement économique du pays, tel que poursuivi par l’Etat dans sa politique de mise en œuvre du Plan Sénégal Emergent » a souligné Laylee Moshiri, la Représentante de l’UNICEF tout en mettant l’accent sur le fait que « Un Sénégal émergent est inimaginable sans un capital humain éduqué, instruit, compétent et autonome permettant à des jeunes femmes et des jeunes hommes de s’intégrer dans une économie émergente en pleine transformation ».

En président le lancement du Dialogue de Haut Niveau, son Excellence, Monsieur le Ministre Délégué auprès du ministre de l’Economie, des Finances et du plan, chargé du Budget a soutenu dans son discours que « Au Sénégal, les questions liées à l’enfance et à la jeunesse sont au cœur du Plan Sénégal Emergent (PSE) et de l’Acte 3 de la décentralisation…. L’investissement dans l’enfant et l’adolescent constituera ainsi une priorité dans les politiques publiques de l’Etat et dans la mise en œuvre de la phase 2 du PSE. L’Education, la Santé, la Nutrition, la Protection Sociale mais aussi la Justice, resteront incontestablement des secteurs sensibles aux enfants ». En outre, il a adressé « Une mention spéciale à l’UNICEF, qui s’est inscrite dans la continuité de son œuvre, en appuyant financièrement et techniquement l’organisation de ce dialogue de haut niveau ».

Les jeunes intervenants filles et garçons ont passé en revue le PSE de la phase I et ont pointé du doigt les manquements qu’ils ont observés et ont esquissé des recommandations pour la phase II en matière d’accès à une éducation de qualité et de meilleure employabilité des jeunes y compris l’entreprenariat des jeunes, l’accès aux services de santé de la reproduction, l’intégration des nouvelles technologies de l’information et de la communication aussi bien dans les curricula de l’Education que dans la formation de l’Enseignant.

Le débat sur l’éducation inclusive a fait ressortir l’importance de considérer comme une priorité centrale la question des enfants et jeunes hors l’école dans la phase 2 du PSE. Quant à la session dédiée à la santé et survie, elle a mis l’accent entre autres sur les défis de la santé communautaire et l’importance d’investir dans le partenariat Public – Privé pour mobiliser des fonds.

Facebook ONU

Chaîne video ONU
INSTAGRAM
FLICKR