BIENVENUE À L'ONU | VOUS ÊTES CHEZ VOUS
| English | Français

Système
des Nations unies
au Sénégal

Déclaration de Phumzile Mlambo-Ngcuka, Directrice exécutive d’ONU Femmes, à l’occasion de la Journée internationale de la jeunesse 2017

Aujourd’hui, pour la Journée internationale de la jeunesse, nous célébrons le rôle crucial des jeunes tant comme moteurs que comme bénéficiaires du Programme de développement durable à l’horizon 2030. Cette année, sous le thème « Les jeunes édifient la paix », nous mettons l’accent sur l’influence des jeunes dans la prévention des conflits et le maintien de la paix.

Malgré une prise de conscience accrue du rôle que peuvent jouer les jeunes depuis l’adoption de la résolution du Conseil de sécurité 2250 en 2015, les interventions en matière de paix et de sécurité ont tendance à prioriser les jeunes hommes et à se fonder sur des stéréotypes sexistes : les jeunes hommes sont perçus comme des « saboteurs » potentiels des processus de paix, et les jeunes femmes comme des « victimes ». Les défenseuses et défenseurs des droits des femmes, de la paix et de la sécurité ont œuvré pour défier et défaire ces stéréotypes et pour faire avancer la reconnaissance des femmes comme fortes agentes de la paix dans la prévention et la résolution des conflits et les processus de consolidation de la paix.

Au Kirghizistan, la jeune Diana Ruslan Kyzy, âgée de 15 ans, fait partie d’un groupe de jeunes ayant créé un partenariat avec des organisations de la société civile pour mener des initiatives locales de consolidation de la paix ; María Alejandra Martínez, la fille des combattants des FARC-EP en Colombie, a aidé à mettre en place Aliarte, un réseau de jeunes qui utilise l’art et la participation pour empêcher la participation des jeunes dans le conflit armé de la Colombie ; et en Haïti, Sophia Pierre-Antoine de la Young Women’s Christian Association (YWCA), qui est âgée de 25 ans, a récemment participé à la première consultation régionale pour la jeunesse, la paix et la sécurité à Panama City. Cette rencontre a réuni 63 jeunes leaders pour discuter de questions qui touchent les jeunes et promouvoir leur rôle dans l’avènement d’un monde pacifique. Ce ne sont là que quelques-unes des nombreuses jeunes femmes et jeunes filles à travers le monde œuvrant pour créer et maintenir la paix dans leurs communautés.

Leurs récits illustrent la réalité complexe des rôles que jouent les adolescentes et les jeunes femmes dans les situations de conflit et d’après conflit. Comme le soulignent la résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations Unies et ses résolutions ultérieures, les femmes - y compris les jeunes femmes - jouent différents rôles dans des contextes portant sur la paix et la sécurité. Elles gèrent plusieurs types de désavantages et de violence de différente intensité provoqués par des normes patriarcales et culturelles rigides et des mœurs traditionnelles.

Les adolescentes et les jeunes femmes doivent affronter une double discrimination découlant de leur sexe et de leur âge. De ce fait, elles peuvent être négligées dans les efforts de paix et de sécurité ; elles ne sont pas adaptées pour figurer dans de nombreux programmes de consolidation et de prévention de la paix dominés par des hommes et orientés vers la jeunesse, et elles sont trop jeunes pour bénéficier de nombreuses interventions de consolidation de la paix ciblant les femmes.

Mais cela ne signifie pas qu’elles ne sont pas des agentes de la paix importantes et actives.

Ces dernières années, nous avons travaillé à renforcer la participation des jeunes femmes aux discussions sur la politique à mener, aux consultations et aux programmes appliqués aux niveaux régionaux et nationaux. Nous reconnaissons la nécessité de mener des analyses tenant compte de l’égalité des sexes et de l’âge des bénéficiaires pouvant être traduites en politiques et en programmes adaptés, car elles nous permettraient de répondre de manière appropriée aux expériences et aux rôles différenciés des jeunes femmes et des jeunes hommes, d’entendre leurs voix et de nous assurer que leurs besoins soient satisfaits.

L’Étude mondiale sur les femmes, la paix et la sécurité de 2015 a mis en évidence le fait que les processus de paix qui font une place aux représentants de la société civile ont une plus grande chance d’aboutir, alors que les sociétés possédant plus de repères sur l’égalité des sexes ont prouvé qu’elles étaient plus stables et faisaient face à moins de risques de conflit. La même logique de processus inclusifs et d’action s’applique à la jeunesse, à la paix et à la sécurité.

La paix et la stabilité ne peuvent être bâties sans les jeunes femmes et les jeunes hommes, et elles ne peuvent être bâties pour eux, mais seulement avec eux.

Facebook ONU

Chaîne video ONU
INSTAGRAM
FLICKR